Assainissement individuel : toutes les solutions existantes.

Pour ce qui est de l’Assainissement Non Collectif (ANC), ou plus simplement l’assainissement individuel, il existe plusieurs dispositifs, que l’on appelle des filières, et qui désignent les différents systèmes d’assainissement des eaux usées. Les trois principaux sont :

  • la fosse toutes eaux : c’est le système le plus répandu, qui a remplacé notre ancienne « fosse septique »
  • la phyto épuration (ou lagunage) : le système d’assainissement écologique, qui dépollue les eaux usées grâce aux plantes
  • la micro station d’épuration
Système assainissement individue

Les systèmes d'assainissement individuel agréés

Les trois sont agréés par le Ministère de la Transition Écologique. On distingue les filières agréées traditionnelles des filières non agrées (qui n’existent pas depuis assez longtemps ou sur lesquelles on n’a pas encore assez de recul pour émettre un avis). 

La liste des dispositifs agréés aux normes de l'assainissement individuel est consultable sur le site du Ministère.

La fosse toutes eaux

    En aval de la fosse toutes eaux, il vous faut un système de traitement secondaire, pour le rejet de vos eaux dépolluées dans votre sol. La plupart du temps ce traitement secondaire se fait :

  • par épandage dans le sol naturel
  • par épandage dans un sol reconstitué : lit d’épandage ou filtre à sable compact
  • par épandage dans un filtre à zéolithe
  • dans un système de traitement écologique : filtres plantés, filtre à coco, bambou voire lagunage
  • par tertre d’infiltration

La phyto épuration

Avec ou sans fosse toutes eaux, il est possible de recourir à un massif filtrant planté (on appelle cette technique le lagunage) pour dépolluer ses eaux sales. Les massifs filtrants plantés sont constitués d’un ou de plusieurs étages de végétaux. Le végétal n’a pas de rôle épurateur à proprement parler, mais permet la bonne aération du massif filtrant et a un pouvoir décolmatant.

Les eaux prétraitées (par la fosse toutes eaux) sont acheminées vers le massif planté, organisé en casiers de différents niveaux, s’y produit alors une filtration mécanique des particules avec une dégradation biologique de la pollution par les micro-organismes aérobies (bactéries). Les eaux usées traitées récupérées en fond de massif filtrant sont ensuite rejetées.

C’est une filière d'assainissement individuel écologique, qui ne consomme pas d’électricité et qui utilise des matériaux naturels, donc éligible à l’Éco-PTZ. L’emprise au sol est toutefois relativement importante : jusqu’à 100 m².

Système d'assainissement individuel

La mini station d'épuration ou microstation

Elle est, comme son nom l’indique, un système de traitement des eaux usées qui assure l’intégralité du cycle d’épuration dans un seul dispositif étanche (prétraitement, traitement et rejet).


La micro station assure le stockage, la dégradation anaérobie (grâce à des bactéries) et la décantation des matières en suspension, la rétention des boues, l’hydrolyse des graisses et la production d’ammonium, dans trois compartiments différents.

Il existe deux grandes familles de micro-stations :

  1. les micro-stations à culture fixée (les bactéries sont fixées sur des supports)
  2.  les micro-stations à culture libre (les bactéries sont en suspension).

Bien que pleines de qualités et d’avantages, les micro stations ont un inconvénient principal : elles ne conviennent pas pour les résidences secondaires (il faut que le cycle de traitement soit activé en permanence, sinon les bactéries meurent).

Il existe également des micro-stations sans électricité dans lesquelles ne s'’opère pas de brassage mécanique, elles ne requièrent donc pas d’apport en énergie. À ce titre ce type de miro station est plus autonome, moins bruyante et plus écologique encore que les autres microstations.


On pourrait parler d’hybride entre la fosse toutes eaux et la micro-station d’épuration classique. Les filtres sont traités au préalable avec des enzymes particuliers, qui permettent aux bactéries présentes d’être assez fortes pour dépolluer toutes ces eaux.

Les systèmes complémentaires d’assainissement individuel

Des dispositifs complémentaires existent, qui interviennent en renfort des systèmes d'assainissement non collectifs :

  1. Le bac à graisse ou bac dégraisseur : placé entre l’habitation et la fosse toutes eaux, il filtre les graisses des eaux grises et empêche la formation d’un bouchon de graisse dans les canalisations. Obligatoire si vous êtes équipé d’une fosse septique ancienne génération, si votre fosse toutes eaux est à plus de 10 m de votre habitation, ou si vous avez des activités de restauration (chambres d’hôtes, restaurants…)
  2. La station de relevage : la station de relevage, ou pompe de relevage a pour objectif de compenser la différence de niveaux entre le réseau d’eau domestique et la bouche d’évacuation (du tout à l'égoût), qui empêcherait l’évacuation par écoulement gravitaire. La station de relevage permet donc de « remonter » les eaux usées. La station est composée d’un réservoir (plastique ou béton) contenant une pompe électrique de relevage, qui fonctionnera par puissance hydraulique. Lorsque les eaux dans le réservoir atteignent une certaine hauteur, la pompe se met en marche. Une station de relevage avec une granulométrie de plus de 70 mm parvient à évacuer des eaux-vannes sans aucun problème.
  3. Les toilettes sèches : les toilettes sèches font appel à un traitement par compostage, qui vient en complément d’une filière de traitement des eaux ménagères (généralement la phyto épuration, dans la construction écologique). Dans les Toilettes à Litière Biomaîtrisée (TLB), les urines et matières fécales tombent dans une chambre de compostage et une litière absorbe les liquides et bloque les odeurs. Les matières fécales sont ensuite dépolluées (risques sanitaires) par compostage ou lombricompostage à l’intérieur de la chambre de compostage.

    Les toilettes sèches nécessitent généralement un dispositif de ventilation forcé voire un vide sanitaire. L’aire de compostage doit être étanche et dimensionnée pour permettre un temps de maturation-hygiénisation suffisant.

    Il est à noter que l’installation de toilettes sèches est admissible à un Éco-PTZ (hors traitement des eaux ménagères).
toilettte seche

Quel système d’assainissement individuel choisir ?

Le choix d’un système d’assainissement se fait :

  • en fonction de l’étude des sols
  • selon la surface disponible
  • relativement au zonage du SPANC (zones sensibles, etc.)
  • selon vos besoins en capacité (Équivalents Humains, qui se calculent sur la base des pièces principales)
  • selon votre topographie (pente)
  • selon votre budget
  • selon vos priorités (écologie, économie, etc.)


Voici un tableau comparatif des dispositifs d’assainissement individuel :

Prix assainissement individuel 2019

Rôle

Point fort

Entretien

Budget

Fosse toutes eaux

Pré traitement

Rendement et capacité

Vidange tous les 4 ans

450 € pour une fosse seule

Micro station d'épuration

Prétraitement
Traitement

Cycle complet

Vidange tous les 2 ans

À partir de 6000 €

Filtre planté (phyto épuration)

Traitement partiel

100% écologique

Retrait des boues tous les 5-10 ans

À partir de 4000 €

Toilettes sèches

Traitement des eaux-vannes

Gestion écologique de l'eau

Vidange tous les 2-5 jours
Suivi du compostage

À partir de 100 €

Bac à graisse

Dégraissage en pré-traitement

Évite les encombrement de canalisations.
Obligatoire dans certains cas

Vidange tous les 6 mois

À partir de 150 € €


Assainissement individuel : toutes les solutions existantes.
5.5 (92%) 5 vote[s]