Micro station d’épuration : budget, usages et entretien

Le fonctionnement de la micro station d’épuration en fait une solution complète qui assure le prétraitement et le traitement des eaux usées en un seul dispositif. Son nom résume très bien son rôle, celui de station d'épuration individuelle.

La micro station d'épuration : une "autre" fosse septique

La principale différence entre une micro station d'épuration et une fosse toutes eaux est que le dispositif est plus compact, et que la fosse fonctionne avec électricité, pour assurer le brassage permanent des eaux.

Il s’agit d’une fosse d’assainissement non collective en béton, en polyéthylène ou en polyuréthane, compartimentée,  qui réalise par étapes dans chaque compartiment le prétraitement, le traitement et l’évacuation des eaux usées.

  1. Prétraitement : le premier compartiment dissocie les solides et liquides des eaux usées domestiques.
  2. Traitement : le second compartiment (le réacteur biologique) aère les eaux prétraitées grâce à un générateur d’air et fait intervenir des bactéries aérobies qui les dépolluent. Les gaz et boues générés sont décantés puis stockés dans le premier compartiment.
  3. Rejet des eaux traitées : les eaux dépolluées sont rejetées, soit par infiltration directe dans le sous-sol, soit par irrigation des végétaux, soit après avis favorable et autorisation du SPANC, directement dans un cours d’eau. Certaines micros stations sont dotées d’un troisième compartiment, appelé clarificateur, qui permet une dernière décantation.

Comme pour une fosse toutes eaux, une micro station ne peut pas recevoir les eaux de pluie.

La microstation à cultures libres, fixes ou SBR

On distingue 3 catégories  de micro stations d'épuration, qui se différencient par le système utilisé pour mettre en oeuvre les bactéries (ce sont des bactéries anaérobies qui "digèrent" les eaux usées et assurent leur traitement.

  • Les micro stations à cultures libres agréées
  • Les micro stations à cultures fixées agréées
  • Les micro stations SBR 

Dans la première, les bactéries sont en suspension, dans la seconde elles sont plus denses, plus nombreuses et fixées sur une sorte de support en nide d'abeille, et dans la dernière la microstation fonctionne sans électricité. Il est obligatoire que la micro station soit agréée par le ministère de l’Écologie et du Développement durable.

Les microstations à culture libre : les bactéries sont en suspension dans l’eau et la boue, dans un bassin aéré et brassé. La boue activée désigne les bactéries en suspension. On distingue les microstations à réacteur à boues activées simple et les microstations SBR (Sequencing Batch Reactor ou Réacteur Biologique Séquentiel).

Les microstations à culture libre épurent les eaux usées domestiques selon le principe de la dégradation par les bactéries.

Les microstations à culture libre type SBR : plus récentes, et fonctionnent sans pompe ni électricité. Le prétraitement et le traitement se font dans la même cuve.

Les microstations avec système de traitement à culture fixée : les bactéries sont fixées sur des supports qui peuvent être des minéraux, de la laine de roche, des fibres végétales, du plastique…​

Il existe également une micro station sans électricité (ou filtre compact) : elle se compose à la fois d’une fosse toutes eaux et d’un massif filtrant. Le prétraitement se fait dans la fosse toutes eaux tandis que le traitement secondaire se fait en deux étapes dans un massif filtrant qui procède à un nettoyage physique et biologique. Ce système d’assainissement sans électricité est éligible à l’écoprêt à taux zéro, contrairement aux autres types de microstations.

Avantages et inconvénients de la micro station

Avantages

Écologique
Aucun produit chimique pour traiter les eaux usées.

Compact
La surface au sol d’une microstation est d’environ 5 m²

Efficace
L’eau rejetée est propre à 99 %

Économique
Les microstations fonctionnent à l’électricité (ventilation et brassage) et ne consomment que 30 kWh par EH par an, soit environ 5 € par EH par an ! Sa durée de vie est de 20 ans.

Simple à installer
Terrassement, pose, branchement, soit 1/2 journée de chantier.

Inconvénients

Entretien
Les bactéries jouent un rôle essentiel dans la dégradation des matières et il est indispensable de veiller à leur développement et de les réactiver après une longue absence par exemple. 

Utilisation continue
Pour cette même raison, une microstation n’est pas adaptée à une résidence secondaire

Vidange
Si un mauvais équilibre se fait entre les entrées et sorties, la station va s’encombrer de boues et il faudra procéder à une vidange tous les 6 mois à 1 an

Zonage
Elles ne peuvent pas être installées en zone sensible (selon la classification du SPANC).

Pose et entretien d’une micro station d’épuration

La fouille doit être nivelée et recouverte en son fond d'un lit de pose composé de sable, gravelle ou sable stabilisé (mélangé à sec avec du ciment dosé à au moins 200 kg pour 1 m³ de sable)  de 10 cm.

Le remblayage par niveau entre les parois de la fouille et de la micro station doit être fait avec du sable.

Il faut laisser apparaître les tampons.

La pente de tuyau d’évacuation reliant la sortie de la coque à un système d’infiltration devra être de 1 % maximum. 

Un dimensionnement doit être établi pour l’infiltration, et ce en fonction de la perméabilité du sol.

Il est nécessaire de procéder simultanément au remplissage en eau de la fosse et au remblayage.

La ventilation doit être constituée d’une entrée d’air et d’une sortie d’air, située en hauteur, d’un diamètre d’au moins 100 mm. Le tracé de la canalisation d’extraction doit être le plus rectiligne possible, sans contre-pente et de préférence en utilisant des coudes inférieurs ou égaux à 45°.

Chaque micro station est fournie avec un guide du fabricant qui indique : une description de l’installation, les modalités de pose, les prescriptions d’entretien.

La réglementation des microstations d’épuration biologiques

Selon l’arrêté du 7 septembre 2009, les systèmes d’assainissement des eaux usées de type micro station d’épuration biologique ont le grand avantage de réaliser la totalité des étapes du prétraitement et du traitement au sein d’un seul et unique dispositif étanche.


Le rendement épuratoire d’une microstation, suffisamment performant, permet de rejeter les effluents dans le milieu naturel (par infiltration ou en rejet superficiel, selon certaines conditions précisées dans les articles 11, 12 et 13 de l’arrêté du 7 septembre 2009). Ce système respecte ainsi l’environnement.

Les micro stations d’épuration sont doublement contrôlées : elles doivent obligatoirement avoir un marquage européen CE-12566-3 (+A1) et aussi obtenir un numéro d’agrément national, conformément à l’article 8 de l’arrêté du 7 septembre 2009.

Les installations d’assainissement non collectif sont considérées comme des ouvrages (article 1792-2 du Code civil), qui doivent faire l’objet d’une réception des travaux (article 1792-6 du Code civil), afin d’établir le point de départ du délai de 10 ans de la responsabilité civile des constructeurs (article 1792-4-1 du Code civil).

Prix d’une micro station d’épuration

Le prix d’une micro station varie selon le volume de l’installation, qui est lui-même dépendant du nombre d’habitants de la maison.

Si vous optez pour le contrat de maintenance pour micro station, proposé par le fabricant, ajouter environ 200 € par an.

Les vidanges de micro stations, doivent être faites chaque fois que les boues atteignent 30% du volume et coûtent 150 à 300 €.

En moyenne, vous devez préparer dans les 6000 à 16 000 € pour un dispositif complet d’assainissement individuel de type micro station.

C'est plus cher qu'une fosse toutes eaux avec épandage, mais plus simple à mettre en place et demandant moins d'encombrement de terrain.


Micro station d’épuration : budget, usages et entretien
5.4 (90%) 4 vote[s]